@Ptiboneurs

 

Les P’tits Bonheurs sont des Tweets. Ils sont enregistrés et affichés à l’aide de Twitter. Pour ajouter un P’tit Bonheur, vous pouvez utiliser la boîte texte en bas de page « Votre commentaire ». Il devra contenir moins de 140 caractères, inclus votre prénom. Il sera affiché une fois validé à la bonne heure par nos modérateurs.

__________________________________________________________

  20 réponses sur “@Ptiboneurs”

  1.  

    Mon p’tit bonheur de ce dimanche :  » Je suis une Femme, fière de l’être, vivante, libre, heureuse… » et je souhaite une bonne fête à toutes les FEMMES ! Et j’ai tout particulièrement, une pensée d’amour pour toutes les femmes opprimées et toutes celles qui ne comprennent pas pourquoi il est si difficile d’être une FEMME ! Mais avant tout, ne suis-je pas tout simplement et merveilleusement un ÊTRE HUMAIN ? Ne sommes pas toutes et tous des ÊTRES HUMAINS ?

    •  

      Merci Marie, C’est une journée qu’il est important de marquer.
      Je ne pourrais pas inclure ce P’tit Bonheur là dans les tweets ptiboneurs. D’abord il ne doivent pas dépasser 140 caractères de long, ensuite, c’est plutôt un grand bohnheur que tu nous déclare là.
      Je peux publier ce P’tit Bonheur là: « Je suis heureuse et fière d’être une Femme vivante et libre » ?

  2.  

    Cultiver ses petits bonheurs pour que la vie devienne joie.
    J’ai en tête la voix cristalline de mon fils cadet, heureux de préparer ses affaires pour partir en classe de mer. Que de la joie en lui, une joie qu’il me transmet et que j’accueille.
    Isabelle Ganon

  3.  

    Jeudi : marcher au cœur de la Camargue encore sauvage et préservée (la Tour du Valat) avec des amis, un guide super, en bottes dans les marais, les sables, admirer les oiseaux, cigognes, flamands rose et autres, se trouver nez à nez face à des taureaux (pas de combat ! sinon gare à moi…) avec un grand Mistral. Vraies bonnes heures !

  4.  

    Etre reconnaissant de nos états d’êtres tout en respectant celui des autres en les harmonisant vers la loi de un me semble être la clé du bonheur et de la plénitude qui tout en laissant place à la joie de la découverte nous entraîne dans des dimensions insoupçonnées….

  5.  

    Regarder la nature en sachant que malgré ce que nous lui faisons subir, le temps s’écoulera mais elle saura reproduire ce que nous lui avons pris.

  6.  

    Le vol d’une libellule, la montée d’un écureuil sur un arbre, les cris du goéland en plein vol, la tourterelle qui roucoule, le chant matinal du coq dans sa basse-cour.

  7.  

    Extrait de « Quatre petits bouts de pain, Des ténèbres à la joie »
    http://www.passerailes.fr/blog/un-peu-de-lumiere-dans-lombre-qui-grandit/
    “Le soir, je parcours par la pensée la journée qui vient de s’écouler. Je rassemble les petites lumières qui m’ont éclairée : sourire, geste, rencontre inattendue …
    Je m’endors en rendant grâce de ces petits bonheurs du jour.
    Demain s’ouvre.
    Une page blanche …”

  8.  

    Me coucher cette nuit, après ce beau WE et me sentir entièrement remplie de l’amour, de l’attention, de la légèreté, de la joie et de la vraie présence de nos proches et amis pour notre mariage.

  9.  

    Découvrir, en arrivant à la mairie, des personnes venues par surprise et me sentir bouleversée !

  10.  

    Recevoir le bonheur de mon chéri de ce merveilleux WE ; voir sa joie remplir ses yeux de larmes et le sentir heureux et bien ce soir…

  11.  

    Petit-déjeuner sur ma terrasse avec comme compagnons d’éveil les chants mélodieux de mes oiseaux , invités permanents , le soleil qui pointe , une douceur ..;et moi là , à écouter la vie qui s’éveille .

  12.  

    Etendre mon linge dehors au soleil, bercée par le chant des oiseaux et les rires des enfants qui jouent dans le square à côté. C’est la vie qui s’offre sous toutes ses formes et pénètre jusqu’au fond de mon être. Anne

  13.  

    Un p’tit bonheur du jour…
    Je suis toute émoustillée de la p’tite blagounette que j’ai préparé dans le frigidaire… Un œuf qui a tout l’air d’un vrai mais qui n’est qu’en mousse rebondissante : je l’ai mis dans une boite avec ses cousins de forme… Et je guette le premier de la maisonnée qui aura envie d’une omelette !… Dans les coulisses de l’éclat de rire, il y a déjà les ingrédients du bonheur…
    Philomène

    •  

      J’aime bien ta blagounette Philomène ! Je vais le poster sur Tweeter si tu permets, via le compte @Ptiboneurs
      Au fait quand j’ai posté quelque chose sur Facebook pour parler de ta venue bientôt place de la Mairie, j’ai voulu t’appeler et je n’ai pas trouvé ton téléphone ou ton contact sur ton site.
      A bientôt!
      Marie-Hélène Siran
      mh.nicolas@yahoo.fr

  14.  

    j’ai vu dans un pré une biquette sauter pour attraper les jeunes pousses d’un arbre, j’ai bien ri, contente de ressentir un peu de joie.
    J’aime me promener dans cette forêt de p’tits bonheurs.

  15.  

    Fouler le sable de mes pieds nus, sentir l’eau glacée réveiller mes sens, me laisser étreindre par cette mère, entre bleu et vert, gouter les embruns, me laisser enlacer par le vent, me livrer aux éléments, m’abandonner enfin…
    Edwige

  16.  

    Humer son petit cou chaque matin, prendre le temps de le prendre par la main, le laisser se blottir contre moi, écouter ses récits épiques peuplés de super héro, lui raconter des histoires et susciter son rire, son admiration, faire le clown encore, toujours, Être, Rester, devenir sa mère.
    Edwige pour son fils Titouan

  17.  

    et voici un p’tit bonheur écrit par François de l’atelier d’écriture de Rennes

    Isabelle, j’avais quitté
    Pour aller naviguer,
    Et ma vie gagner
    Parce que le travail j’n’en avais point.
    A midi pour m’reposer,
    Au soleil j’me baignais.
    Les yeux j’avais fermé
    Et je n’pensais à rien du tout du tout.
    Et pis, au milieu d’ tout ça,
    D’ la mer, d’ ma sieste, du bruit des moteurs, etcétéra,
    Le silence se fit, une lumière bizarre vint,
    Et je vis mon père et ma tante,
    Côte à côte, enlacés, émouvants.
    Ils me dirent « Tout ira bien, ne t’inquiète pas. »
    Ou quèque chose comme ça.
    Et ils disparurent comme ils étaient venus.
    Je me réveillais, ébloui de cette vision extraordinaire.
    Puis je me souvins qu’ils étaient morts tous les deux
    Je compris qu’ils étaient revenus pour me réconforter
    A un moment où la vie me paraissait bien dure.
    Depuis, quand j’ai un coup de blues,
    Je pense à eux. Cela me suffit.

    D’autres p’tits bonheurs et textes des ateliers d’écriture de l’association Talitha Koum en Pays des Vallons de Vilaine, Redon et Rennes sur : anneauriault.wordpress.com/textes-des-ateliers

    Merci à vous pour ce beau projet
    Belles journées
    Anne

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)