Magda Hollander-Lafon

 

Magda HOLLANDER LAFON, juive de Hongrie, avait 16 ans quand elle fut déportée avec sa mère et sa sœur à Auschwitz. Quelqu’un lui souffle : « dis que tu as 18 ans ».  Elle échappe ainsi à la chambre à gaz, où sa mère et sa sœur disparaissent le jour même.

Un jour, une femme mourante lui fait signe de s’approcher. Elle lui tend les quatre petits bouts de pain qu’elle tient dans la main : « Prends, tu es jeune, tu dois vivre pour dire au monde ce qui se passe ici ». Ces paroles donneront naissance en mars 2012 à son troisième et dernier livre « Quatre petits bouts de pain ».

Dans une notice historique, des amis historiens ont éclairé le parcours concentrationnaire de Magda et ses premières années de libération.

Depuis plus de 30 ans, elle intervient auprès de milliers de jeunes avec une pédagogie toute particulière. Deux amis professeurs témoignent de leur travail avec Magda.


Vidéo réalisée par Albin Michel dans le cadre de la sortie du livre « Quatre petits bouts de pain ».

  16 réponses sur “Magda Hollander-Lafon”

  1.  

    Bonjour,

    Merci pour votre témoignage, j’ai été très émue. J’ai 45 ans et deux enfants à qui j’ai raconté toutes ces horreurs de déportation. Car nous ne devons JAMAIS oublié.
    MERCI
    SANDRINE MILLE

  2.  

    Merci Magda,
    lors des commémorations du 8 mai 2015, nous avons organisé une marche pour les familles
    intitulée « pour construire la Paix ensemble »
    il y avait des témoignages de personnes proches de nous qui avaient vécus des événements tragiques et il y avait vous pour l’intermédiaire de votre vidéo.
    Nous avons lu aussi des passages de votre livre « 4 petits bouts de pain » magnifique livre empreint d’espérance,
    A la fin de la journée une fresque a été réalisée dont je serais heureuse de vous envoyer l’image.
    Merciiiiiii Magda

  3.  

    Un souvenir du 29 août 2012. Ce partage d’une « tranche » décisive de votre vie durant cette soirée, et cette ineffable lumière dans votre regard…
    Et puis ce moment des dédicaces où vous vous gardiez de montrer le moindre signe de fatigue, transcendant l’effort pour donner naissance à un message sensible, d’une rare humanité…

    Merci à vous
    Nicole

  4.  

    Liebe Frau Hollander- Lafon!

    Ich habe Ihr Buch in einer großen Bibliothek aus vielen anderen Büchern zufällig ausgewählt und sofort ausgelesen. Ich wollte wissen, was sich hinter dem selbstbewussten Blick dieser Dame auf dem Cover und den vier Stückchen Brot verbirgt. Ihr Buch hat mich sofort fasziniert.
    Ich möchte mich aufrichtig für Ihre berührenden und ehrlichen Worte bedanken! Sie bereichern auf eine vorsichtige Art und Weise.
    Ihre Worte geben mir Kraft und Mut.

    « Willkommen!, sagt der Augenblick, und ich sage: Bitte, gern. »

    Ein großes Dankeschön aus Wien

  5.  

    Magda, j’ai écouté votre témoignage lors de l’émission Les racines du ciel. J’ai été bouleversée. Profondément bouleversée. J’aimerai énormément avoir l’occasion de vous rencontrer Sachez que je pense très souvent à ces Âmes envolées….. je veux ne jamais les oublier, pour cette raison, la bienveillance est ma raison d’être…. Merci, c’est un petit mot mais vous savez à quel point il peut être riche en émotions.
    Florence

    •  

      Merci pour votre message. Nous allons le lui transmettre. et elle en sera sûrement touchée. Magda ne peut répondre à toutes les demandes de rencontres personnelles, mais dans la mesure où sa santé le lui permet, elle intervient encore quelquefois lors de rencontres publiques ou dans la presse. Nous les relayons sur ce site ou sur la page facebook de notre association Vivre en paix ensemble. Bonne journée!

  6.  

    Dear Magda, this is Kate I’m from Japan.I have read the books of Dr.Frankl at first in japanese by Misuzu Publishment Company.
    And I have met across your book, »Quatre petits bouts de pain » in japanese,too.
    I have no words. Thank you for your aliving. Thank you Dear Magda.
    I will have my choice that I deside as a human as you taught me.
    I have no words. Kate

  7.  

    Bonjour,

    Je suis professeur d’Histoire et Géographie dans un établissement du centre-ville rennais.
    Je cherche à prendre contact avec Mme Hollander-Lafon dans le cadre d’une activité interdisciplinaire Français-Histoire basée sur l’ouvrage de cette grande dame. Nous souhaiterions en effet rencontrer l’auteure avec une classe de troisième qui a lu et travaillé sur son ouvrage.

    Pouvez-vous m’aider ?

    Cordialement,

    Elise Marchetti

    •  

      Bonjour Madame. Je voulais vérifier que je vous avais répondu directement. Etes-vous toujours désireuse d’organiser une rencontre avec Madga ?

  8.  

    Il s’agit ici d’un message à transmettre à Magda Hollander-Lafon si possible, pour une réponse de sa part.

    Bonjour Magda,

    Suite à la lecture de « Quatre petits bouts de pain », votre témoignage et votre regard à Bruxelles lors d’une conférence Emergences, m’ont profondément marqués.
    Lors d’un atelier d’écriture auquel je participe, j’ai écrit un texte intitulé « Magda », où je cite l’admiration que j’ai pour votre regard et votre courage, avec une allusion aux camps, sans citer d’éléments plus précis de votre histoire (il y a un nom de camp qui est utilisé pour l’allusion, mais il ne s’agit pas d’Auschwitz). Je souhaitais envoyer ce poème pour un concours de poésie, car j’aime ce petit texte qui rend hommage…
    Puisque je cite votre prénom, il m’a paru opportun de vous demander l’autorisation pour cela…Je peux avec plaisir vous envoyer ce texte.

    Je vous remercie encore pour l’intensité de votre regard, qui me bouleverse.
    Que votre vie vous soit douce…
    Sandra L’Eplattenier

  9.  

    Bonsoir,
    Serait-il possible que Magda puisse venir dans les Yvelines pour témoigner auprès des élèves d’un établissement scolaire catholique?
    Je crois que cela serait apprécié de tous.
    Cordialement,

  10.  

    Bonjour Madame
    J’ai lu votre livre et j’en ai été bouleversé.
    Permettez-moi alors de vous adresser ce poème que j’ai écrit au sortir d’une visite à Auschwitz :

    « Il est des lieux d’horreur, déchiquetés de barbelés
    Mais où n’a jamais pu cesser le combat pour la liberté et la dignité,

    Il est des cris de douleur qui ne s’entendent plus
    Mais dont l’écho silencieux fracasse à jamais les murs de l’oubli,

    Il est des pièces vides et marquées de lugubre pénombre
    Mais aujourd’hui encore emplies d’éternelles et invisibles présences,

    Il est des noms, jusqu’à ceux des enfants, qui ne se prononcent plus
    Mais qui continuent d’accuser leurs bourreaux à la face de Dieu et des hommes,

    Il est des traces qu’on ne peut regarder sans trembler
    Mais qui font désormais partie du plus profond de nos vies et de nos âmes,

    Il est des choses qui ne se peuvent photographier pour d’imbéciles souvenirs
    Mais qui s’impriment dans le cœur comme à l’insoutenable fer rouge,

    Il est des jours de deuil et d’indicible où le soleil ne luit plus
    Mais où le ciel infini se reflète pourtant dans une simple fleur au revers d’un fossé,

    Il est des moments où se sentir coupable de ses propres racines
    Mais où le poids de la déchirure et des larmes est d’abord signe d’amour et d’espoir. »

    Avec mon plus profond respect
    Daniel Souchet

  11.  

    Bonjour Magda,

    Vous êtes venue témoigner dans mon lycée (Saint Martin à Rennes) il y a 20 ans ! Je ne vous ai jamais oubliée. Le 2ème prénom de ma fille est Magdalena en grande partie grâce à vous et pour vous.
    Merci de vos témoignages, de votre énergie, votre espérance.

    Anne Stern

  12.  

    Madame
    Je vous ai invitée à témoigner dans mon collège, à Bruz, vers 1979. Je vous avais rencontrée par l’intermédiaire de mon père, Yves Le Meur, qui était en avait un lien professionnel avec votre mari.
    Je ne vous ai pas oubliée. Je parlais récemment de vous à mes enfants et j’ai, à la faveur des rangements de confinement, retrouvé « Les chemins du temps ».
    Je vais le relire et le faire découvrir à ma fille qui à l’âge que j’avais quand je vous ai rencontrée (13 ans).
    Je vous espère en bonne santé
    Respectueusement
    Isabelle

  13.  

    Merci beaucoup de votre témoignage si essentiel, merci pour votre message de sagesse et de bonté, merci pour votre sourire, merci de nous enseigner la liberté et la solidarité.
    Avec tout mon respect.
    Anne Lazarevitch
    Paris

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.